, , ,

Focus sur la police

Non, je ne me permettrai pas de décortiquer le fonctionnement de la police nationale. Et puis, le rapport avec mon activité serait bien aux antipodes de mes sujets de discussion, vous en conviendrez !

La police est l’autre nom de la typographie, typo pour ses intimes utilisateurs. Connaissez-vous réellement ses différentes significations, son impact et pourquoi un style peut être choisi face à un autre ? Halte, on ne bouge plus ! L’explication se trouve ci-dessous !

Comment choisir sa police ?

Quel que soit votre projet, le choix de la police s’opère de la même façon. Que vous souhaitiez mettre en page un titre de roman, vous positionner sur l’écriture du nom de votre entreprise ou la moderniser, étudiez le caractère, les valeurs que vous souhaitez véhiculer.

Déterminez l’histoire, l’environnement, le positionnement de votre entreprise ou le type d’intrigue, le style de votre roman. Cette étape réalisée, à vous de juger s’il est préférable d’utiliser une police avec ou sans serif (serif = empattement au niveau des lettres).

Quelques petits trucs… une typographie sans serif reflètera la modernité, le dynamisme si elle est ronde ; l’échange, la féminité voire l’amour si elle est cursive. Avec serif, elle donnera une impression plus classique, neutre ou élégante si elle est “rectiligne”. Mais elle dégagera une impression de force et d’assurance avec une certaine épaisseur.

 Quel caractère !

N’oubliez pas que le choix de votre police d’écriture ira de pair avec l’image que vous souhaitez véhiculer. Elle est votre façon de vous exprimer, votre voix, votre caractère. À travers elle, votre but est de vous différencier de vos concurrents, de marquer votre singularité.

N’ayez pas peur de modeler une typographie existante, elle en sera davantage unique et le reflet de la personnalité que vous voulez mettre en lumière. D’ailleurs, les marques créent leurs propres polices en guise d’identité visuelle. C’est le procédé que j’ai choisi pour onze heures treize.

Finalement, tout peut être résumé à travers ces deux mots accolés “identité visuelle”. Un peu de caractère à révéler, à faire deviner, à illustrer, à décrire. Une façon de vous dévoiler, mais aussi, à travers quelques lettres, de laisser une bonne impression !

 

Dernière petite chose entre vous et moi. J’ai convié un de mes clients Aquiprint à mutualiser cet article sur leur blog aujourd’hui. N’hésitez pas à solliciter cette chouette imprimerie pour vos projets “print”, vous y serez accueilli(e) chaleureusement !

,

Choisir la direction

Tout est en tête, l’activité, les services proposés, le réseau à réactiver, les prospects à contacter.

Le site est opérationnel, l’adresse mail professionnelle et les cartes de visite aussi.

Un choix reste en suspend. Le statut. Mon statut. Quelle direction prendre ?

Je décortique chacun des deux qui s’offrent à moi : naturellement celui d’auto-entrepreneur et l’autre moins connu de salariée d’une coopérative d’activités et d’entrepreneurs. “Pour” et “contre” sont pesés, analysés, notés. Je griffonne, m’informe, passe des heures sur le Net à la recherche de LA réponse.

Persuadée de mon choix, je monte un dossier de candidature auprès de la coopérative que je choisis, mais quelque chose m’interpelle à l’issue du dépôt. Je me creuse encore les méninges et établis des projections financières sommaires en fonction des nouvelles informations recueillies. Finalement, même si je sens fortement poindre un changement de cap, il est confirmé par une experte-comptable que j’interroge. Son avis est clair : le statut d’auto-entrepreneur est celui qui correspondra le mieux à mon activité. Il est le coup de pouce qui me permettra de jauger de la durabilité de mon entreprise.

Attention, cela ne signifie pas que le statut de salarié d’une coopérative ne conviendrait pas à un autre métier et pour une situation différente de la mienne  !

Dans mon esprit, tout est plus clair et je prends mon téléphone pour annoncer à la coopérative que je ne donne pas suite. J’ai encore quelques semaines devant moi.

2017 était l’année du changement, en 2018, je prends le virage de la création !